Concentration... action !

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     28/09/13    
Concentration action !

La première des règles à connaître si l’on veut améliorer son efficacité au travail est qu’on ne peut avancer que si l’on est concentré… Oui mais pas si facile de faire abstraction de collègues trop envahissants ou d’e-mails reçus à la chaîne !

 « Un peu de concentration ! » nous répétaient nos professeurs à longueur de cours… Et ils n’avaient pas tort ! Car pour être efficace dans son travail, il faut absolument améliorer son niveau de concentration. Traquez les éléments perturbateurs qui coupent votre concentration et vous font perdre beaucoup de précieuses minutes chaque jour.

Une chose après l’autre

Fuyez les allers-retours entre dossiers différents qui font perdre du temps et de l’énergie. à chaque fois que l’on se lance sur un nouveau dossier, on perd naturellement quelques minutes passées à se remettre les idées au clair sur le sujet, même si on le maîtrise bien. Un conseil : focalisez-vous sur un seul dossier à la fois et avancez-le au maximum avant de passer à autre chose.

Se libérer des pot-de-coll’ègues !

Ils ont beau être emplis de bonnes intentions, vos collègues peuvent malgré tout vous « manger » un temps précieux à force de vous solliciter à droite à gauche. Alors soyez clair avec eux afin de limiter les perturbations. Fermez votre bureau et annoncez des horaires de visite durant lesquels vous serez davantage disposés à les recevoir. Pour les messages usuels, encouragez-les à communiquer par email. Enfin, pour ne pas passer tout de même pour un ours terré dans son bureau, prenez le temps de prendre un café avec eux à la pause ! 

Sachez couper le téléphone et fermer votre boite e-mail

Le téléphone et les emails sont les meilleurs ennemis du professionnel : indisponibles mais aussi totalement envahissants ! Pour éviter d’être interrompu dans votre travail, osez mettre le téléphone sur boite vocale et ne consultez vos emails qu’une fois toutes les deux heures ou seulement le matin et le soir. l