Le community manager doit-il profiter des nouveaux boutons de réaction mis en place par Facebook ?

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     07/03/16    
community manager profiter nouveaux boutons facebook

L’explosion des réseaux sociaux n’a pas échappé aux responsables marketing. Parmi ces derniers, Facebook tient le haut du pavé. Avec 1,59 milliard d’abonnés dans le monde dont 30 millions en France (chiffres 2016 publiés par l’agence Tiz), Facebook est en effet devenu incontournable pour les entreprises en matière de recherche de notoriété. En charge de la stratégie sociale de l'entreprise via différents réseaux sociaux, les community managers, disposent depuis peu d’un moyen d’analyse de leurs actions sur Facebook. Le fameux réseau social de Mark Zuckerberg déploie désormais des boutons de réaction aux publications. Que vont-en en faire les community managers ?

Les nouveaux boutons Facebook

Jusqu’à présent les abonnés Facebook ne pouvaient que « liker » ou pas sur une publication. Un moyen de réaction très limité qui n’offrait pas de nuances. Même si ces nouveaux boutons n’incluent pas l’option « je n’aime pas » pour ne pas dissuader les abonnés de publier, les boutons love, haha, wow, sad et angry vont apporter des moyens d’analyse de chaque publication. Concrètement, lorsque l’abonné survole le fameux pouce levé bleu, les nouveaux émoticônes apparaissent pour offrir la nouvelle gamme de réactions.

Un plus en matière d’analyse émotionnelle

Avant cette évolution de Facebook, le community manager ne pouvait que quantifier le nombre de vues d’une publication, de partages et de followers de la page et catégoriser ces derniers en fonction de leur âge, leur genre et leur nationalité. Cette analyse succincte permettait de mesurer l’audience d’une page mais la réceptivité de ses publications ne pouvait s’appréhender qu’à la lecture fastidieuse des commentaires. Même l’analyse au cas par cas de chaque publication ne permet qu’une vision très sommaire de son impact. Dans le nouveau panel de réactions, on peut s’attendre à ce que les abonnés FB contournent l’absence du bouton « j’aime pas » en cliquant sur l’émoticône rouge « angry » (colère). En tout état de cause, le simple décompte des diverses réactions va apporter une plus-value certaine à l’analyse des actions menées sur FB par les services marketing. Il sera désormais possible d’avoir directement un aperçu des émotions suscitées par une publication.

Offrir plus de réactivité

Les nouveaux boutons de réactions de Facebook sont attendus depuis longtemps par tous ses utilisateurs. Ils ne constituent pas un outil d’analyse 100% fiable mais vont permettre d’appréhender rapidement la réception d’une publication par la communauté et d’agir en conséquence. Une publication par exemple qui susciterait de manière non voulue la colère pourrait être rapidement supprimée avant de devenir virale. Une manière de limiter les risques de bad buzz ! Au contraire, une publication adorée sur Facebook pourrait être diffusée sur l'ensemble des réseaux sociaux voire déclinée sur des supports plus traditionnels pour en augmenter l'impact positif. Facebook pourrait donc servir de plateforme test en temps réel d'un plan marketing plus global.

Meilleure analyse, plus de réactivité, diminution des risques, les community managers vont adorer ces nouveaux boutons facebook qui semblent taillés sur mesure pour eux ! Le chef d’entreprise concerné devra cependant garder un certain recul sur la statistique issue de ces nouveaux émoticônes. L’émotion sur les réseaux sociaux est instinctive, immédiate et sans réelle analyse de l’information donnée ! Bref, du spontané à prendre pour ce qu’il est : ni plus, ni moins !

Gérez vos réseaux sociaux de manière efficace grâce à notre partenaire Agorapulse : cliquez ici
Donnez une note à cet article