Communiquer avec clients et partenaires par l’objet publicitaire

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     01/03/18    
Communiquer par l objet publicitaire

Parfois jugés has-been, les objets publicitaires continuent pourtant de séduire et représentent une part importante des budgets de communication. Largement plébiscités, 2 500 entreprises employant environ 11 000 salariés se partagent ce marché et ont même leur propre fédération professionnelle. Pourquoi restent-ils incontournables à l’ère du tout numérique ? Retour sur un marché qui pourrait intéresser plus d’un créateur.

La 2FPCO a confié à CSA Research le soin de réaliser son enquête sur la perception des objets publicitaires par les Français.
Quelques chiffres clés :
• En termes d'’image : 89 % des Français trouvent les objets pub sympathiques
• En termes d'agrément : 77 % des Français souhaitent recevoir plus d’objets publicitaires
• En termes de fidélité : 77% des Français conservent les objets publicitaires reçus.
Quant au taux de mémorisation lié à l’objet reçu (75% se souviennent toujours ou la plupart du temps de la marque), il égale celui du cinéma, loin devant tous les autres médias.

Cibles et objectifs des objets publicitaires

Né à la fin du 19ème siècle, l’objet promotionnel a connu son âge d’or dans les années 50. Depuis, il est incontournable dans la communication des entreprises et même plus : détourné de sa vocation première, il devient un objet de collection qui se vend et s’échange à travers le monde. Un des exemples phares de ces dernières années est très certainement le t-shirt Evian.
La première cible de l’objet publicitaire est le grand public. Auprès des prospects, il permet de faire connaître l’entreprise, d’intéresser et d’interpeler sur les produits ou services proposés. Après des clients, il est source de fidélisation dans le temps. Dans les deux cas, il peut provoquer l’achat, notamment s’il est un cadeau annexe.
En seconde cible des objets promotionnels peuvent être cités les collaborateurs de l’entreprise. Offert en cadeau de Noël par exemple, il est une petite attention qui peut motiver les équipes. Affichés sur les vêtements ou les fournitures de bureau tels les stylos, il est un outil de distinction fédérateur qui peut accroître le sentiment d’appartenance. Il est dans ce cadre un vecteur de la culture d’entreprise.
Une troisième utilisation est faite de l’objet publicitaire, auprès des partenaires comme les fournisseurs. Il permet alors de pérenniser des relations propices.
Enfin, il peut être un outil de sensibilisation voire d’engagement à une cause. Le fameux pin’s du Sidaction en est le parfait exemple.

En résumé, des objectifs qui ne se démentent pas depuis deux décennies !

• Faire connaître une marque, un nouveau produit ou un service
• Augmenter la visibilité et la notoriété
• Conquérir de nouveaux clients
• Renforcer une image de marque
• Fidéliser des clients
• Stimuler les ventes
• Développer une collaboration pérenne avec ses partenaires

La règlementation pour les fournisseurs objets publicitaires

Les fournisseurs d’objets publicitaires sont encadrés par une règlementation très stricte. L’objectif est de les obliger à respecter les normes de fabrication pour protéger aussi bien les consommateurs que l’environnement :
• La norme ROHS qui limite l’usage de produits dangereux (plomb, mercure, chrome et cadmium) dans la conception d’équipements électriques et électroniques.
• La norme REACH qui protège des risques sur l’usage de produits chimiques et offre une meilleure protection pour l’environnement et pour l’utilisateur.
• La certification PEFC qui concerne uniquement les produits en bois : elle garantit que le bois utilisé provient de forêts exploitables.

La règlementation fiscale sur les objets publicitaires et les cadeaux d’affaires

Tous les cadeaux d’affaires et objets publicitaires sont soumis à une TVA déductible de 69 euros TTC. Ce seuil peut être révisé tous les 5 ans. Il inclut les frais annexes à la fabrication et à la distribution comme les frais d’emballage et les frais de port. Puisqu’un objet publicitaire entreprise vise à promouvoir une marque spécifique, il est donc soumis à cette déduction, peu importe sa valeur. Pour les cadeaux d’affaires, si l’achat annuel est au-dessus de 3 000 euros TTC, la société doit déclarer cette somme dans le relevé fiscal spécial. Les cadeaux d’entreprises qui sont accordés aux salariés doivent également figurer dans l’IRPP. Ils sont, de ce fait, soumis à une limite de 5 % sur le plafond de la Sécurité sociale.

Un succès qui ne connaît pas la crise

Contrairement à d’autres outils de communication, l’objet publicitaire dépasse les effets de mode et traverse les époques avec succès. S’il plaît autant au public, c’est qu’il a trois principaux atouts avec lesquels les moyens dématérialisés ne peuvent pas rivaliser. En effet, d’une part l’objet promotionnel est palpable, et d’autre part il revêt généralement une utilité. Enfin, s’agissant d’un cadeau, il est perçu comme tel et en a les résultats escomptés puisqu’il fait plaisir à ses détenteurs qui l’utilise personnellement dans la majorité des cas.
Aux vues de ces éléments, il paraît peu probable que les entreprises, encore hésitantes, n’imaginent pas un jour ne pas franchir le cap de l’identification par l’objet, même s’il représente un budget parfois conséquent. Outre les effets positifs précités, l’objet promotionnel est aussi un outil au caractère durable à travers le temps. De plus, un de ces arguments imparables est que plus de 80% de ses détenteurs se souviennent du nom de l’entreprise qui y est associé.

Comment choisir un objet promotionnel pour mon entreprise ?

• Avec actuellement 50 000 références différentes, il peut être compliqué de sélectionner le bon objet publicitaire pour son entreprise. Les équipements électroniques, Les outils informatiques, Les montres, Les mugs et les verres, stylo, parapluie, t-shirt, bagage, éthylotest, agenda… le choix est large. Certains s’avèrent toutefois plus plébiscités que d’autres, comme en témoignent les résultats d’une étude menée l’année dernière sur le sujet auprès des Français. En effet, ceux-ci marquent une nette préférence pour les cadeaux informatiques et électroniques tels les clés USB, a contrario des classiques goodies qui saturent le marché et ont un côté rétro. De plus, cette même enquête démontre qu’ils attachent autant d’importance à la provenance d’origine de l’objet qu’à son impact sur l’environnement. Selon plusieurs études, 81 % des utilisateurs d’objets publicitaires se souviennent du message ou de la marque affichée sur l’objet. Ce sont souvent les personnes qui trouvent que l’objet est utile qui se souviennent de l’annonceur.

Aussi, s’il convient de tenir compte des attentes du consommateur, l’objet promotionnel doit également correspondre à l’image de l’entreprise, à son activité ou encore au message qu’elle souhaite faire passer. A titre d’exemple, la marque Bonduelle offrait récemment des pinces pour fermer ses sachets de salade et ainsi maintenir celle-ci au frais.

Donnez une note à cet article