Quelques astuces pour payer moins d’impôts

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     07/04/14    
Quelques astuces pour payer moins d impots

Tous les ans, c’est la même rengaine et même si vous êtes parti sans laisser d’adresse, n’ayez crainte, le trésor public est bien celui qui retrouve toujours les mauvais payeurs… Si vous ne pouvez leur échapper, sachez qu’il existe diverses solutions pour payer moins d’impôts.

Investir dans le capital d’une PME

Les investissements effectués dans le capital des PME bénéficient d’une réduction d’impôt de 18% limitée à 50 000 euros pour les célibataires et à 100 000 euros pour les couples soumis à imposition commune.

Vous pouvez investir lors de la constitution de la société ou lors d’une augmentation de capital.

Depuis le 1er janvier 2013, les versements qui dépassent le plafond annuel peuvent être reportés sur l’impôt sur le revenu qui sera du les cinq prochaines années. Attention toutefois, car les réductions d’impôt dont le contribuable a bénéficié sont susceptibles d’être remise en cause s’il cède ses titres avant l’expiration de la cinquième année à compter de la souscription.

Investissez dans un bien immobilier défiscalisant

L’immobilier est devenu une valeur refuge depuis que le gouvernement a mis en place des lois de défiscalisation immobilière permettant aux investisseurs de réduire leur impôt sur le revenu. À cet effet, il faut retenir la loi Duflot qui permet de déduire 18% du prix d’un logement neuf dont le montant ne peut être supérieur à 300 000 euros. La réduction d’impôt s’étale sur 9 ans. Cependant, pour bénéficier de cet avantage fiscal, le logement doit être BBC (bâtiment basse consommation)
Toutefois, si votre préférence tend vers l’immobilier meublé, la loi Bouvard vous permettra de réduire vos impôts de 11%. De plus, s’il s’agit d’un LMNP (loueur meublé non professionnel), la loi Bouvard vous donne la possibilité de récupérer la TVA.

Faites des travaux d’économie d’énergie

En 2005, le Gouvernement a instauré le CIDD (crédit d’impôt développement durable) qui permet aux contribuables de déduire de leurs impôts une partie du montant de leurs travaux.

Sont concernés uniquement les travaux visant à améliorer la performance énergétique de votre logement/local et à y installer un système de chauffage utilisant les énergies renouvelables (pompes à chaleur, panneaux solaires, etc.).
Ces travaux permettent de faire baisser le montant des factures d’électricité, de gaz et de fioul et apporteront une plus-value au logement/local lors d’une revente.
Les dépenses sont plafonnées à 8000 euros pour le contribuable seul et à 16 000 euros pour les contribuables en couple.

Depuis 2013, le crédit d’impôt est supprimé pour les logements neufs achevés depuis moins de deux ans.

Faites des dons

Les dons font l’objet d’une déduction d’impôt égale à 75% de la somme donnée (dans la limite de 521 euros) lorsqu’ils sont destinés à aider des personnes en difficulté.

Ce taux de déduction est porté de 66% à 75%, dans la limite de 20% du revenu imposable, pour les dons réalisés au profit d’organismes d’intérêt général ou reconnus d’utilité publique.
Vous pouvez faire un don en numéraire (espèces, chèque, virement) ou sous forme de titres cotés en bourse (actions, Sicav, fonds, etc.).

Employez un salarié à domicile

Les emplois effectués à domicile et payés directement par l’employeur permettent de bénéficier d’une réduction ou d’un crédit d’impôt. Les emplois concernés sont le ménage, la garde d’enfants, le soutien scolaire, la préparation des repas, les petits travaux de jardinage, l’aide à domicile, l’assistance aux personnes âgées ou handicapées, etc. Le taux de la réduction ou du crédit d’impôt s’élève à 50% des dépenses effectivement supportées au cours de l’année. Ces dépenses ne doivent pas excéder 12 000 euros par an mais peuvent atteindre 20 000 euros pour les personnes invalides ou ayant à charge une personne invalide
Si la réduction d’impôt peut rendre l’impôt nul, en revanche elle ne peut jamais aboutir à une restitution.

Alimenter un plan d’épargne retraite

Les produits d’épargne retraite offrent des avantages fiscaux aux épargnants. Ainsi, si vous souscrivez un PERP (plan d’épargne retraite populaire), les sommes versées sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 10% des revenus de l’activité professionnelle ou de 10% du plafond annuel de la sécurité sociale.

Les contrats Madelin permettent aux travailleurs non salariés (professions libérales, artisans, commerçants et gérants majoritaires) d’améliorer leur protection sociale dans les domaines de la retraite, la prévoyance, la santé, et la couverture du risque perte d’emploi. Afin d’inciter ces professions à se protéger, le contrat Madelin permet de déduire les cotisations versées de l’impôt sur le revenu dans la double limite de 10% des bénéfices imposables réalisés et de huit fois le plafond annuel de la Sécurité sociale.

Le régime Préfon (retraite des fonctionnaires) permet une déduction fiscale dans les mêmes plafonds que la loi Madelin.

Investir dans un FCPI ou un FIP

Investir dans un FIP (fonds d’investissement de proximité) ou un FCPI (fonds commun de placement dans l’innovation) permet de réduire ses impôts de 18% de la somme investie.

La réduction obtenue via cet investissement est limitée à 2160 euros par personne (4320 euros pour un couple).

Les avantages fiscaux des FCPI sont cumulables avec ceux de la défiscalisation FIP.

L’année prochaine, ce sera la même rengaine mais avec ces quelques conseils, vos impôts seront peut-être moins dissonants !