Comment gérer les relations avec le syndicat représenté dans l'entreprise ?

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     03/09/15    
comment gerer relations syndicats represente entreprise

Au sein de toute entreprise, les échanges entre l’équipe de management et le syndicat jouent un rôle crucial. Des relations normalisées sont nécessaires, sans quoi des tensions pourraient apparaître et retarder l’exécution des tâches. Mais pour un chef d’entreprise, quelles sont donc les bonnes attitudes à adopter pour bien gérer les revendications syndicales ?

Maintenir le dialogue

Il est extrêmement contre-productif pour une entreprise d’entamer un bras de fer avec des représentants syndicaux. Militants, délégués ou élus du personnel représentent une part réelle des membres d’une entreprise. Il est donc nécessaire d’entretenir une relation de travail sereine avec eux. Un syndicaliste doit être considéré comme un allié et non comme un ennemi lors desn négociations. Pour Sylvain Niel, avocat associé au cabinet Fidal, le chiffre d’affaires par salarié est susceptible d’augmenter de 10 à 20% dans une entreprise lorsque le dialogue social est productif.

Ne pas accorder de privilèges

Si une relation saine avec le délégué syndical permet de faire avancer l’entreprise, par la signature d’accords annuels multiples, il est néanmoins indispensable de ne pas lui octroyer un statut de privilégié. En effet, la direction se doit de rappeler aux militants qu’ils travaillent avant tout pour la société, et non pour le syndicat. Il ne faut pas hésiter, le cas échéant, à se montrer ferme avec un syndicaliste possédant un mandat représentatif. Bien qu’ayant des horaires aménagés du fait de sa délégation, il se doit d’accomplir avant tout les objectifs de l’entreprise durant ses heures de travail.

Adapter son management

Proche des salariés, le militant syndical est bien souvent très apprécié de ses collègues, et peut se révéler un atout pour la direction si celle-ci sait se montrer à l’écoute. Il peut devenir un véritable partenaire de travail au quotidien pour un chef d’entreprise, en jouant un rôle de relais entre les équipes de management et les membres du personnel. Les informations transmises par un délégué syndical peuvent permettre de désamorcer des tensions, de mettre en lumière des surcharges de travail sur certains postes, et de pouvoir agir en conséquence en réorganisant les tâches pour une meilleure productivité.

Fixer des limites

Il est très important pour la direction de laisser un espace de liberté suffisant aux délégués syndicaux, tout en leur fixant des limites pour que leurs revendications n’empiètent pas sur le travail. Les représentants du personnel ont tout à fait le droit de mener des assemblées et de faire passer des revendications, mais jamais pendant des réunions de service ! Un équilibre doit être conservé à tous les niveaux pour faciliter la vie en entreprise, et atteindre les objectifs fixés par la direction. Il faut donc savoir se montrer strict pour éviter qu’un représentant syndical ne prenne trop de place et outrepasse ses fonctions.

Ne pas faire de différences

Un représentant du personnel peut être un allié du manager faisant remonter à la direction des préoccupations observées sur le terrain et pouvant être un frein à la productivité de l’entreprise. Pour autant, il est indispensable qu’un dirigeant lui accorde le même traitement qu’aux autres employés. Une évaluation annuelle tiendra uniquement compte de son travail en dehors du temps de délégation : c’est un gage de bonnes relations au sein de l’entreprise.

Donnez une note à cet article