Comment choisir vos locaux pro ?

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     12/12/14    
Comment choisir vos locaux pro

Vous souhaitez prendre vos propres bureaux. Seulement, vous ne savez pas très bien sur quelle base vous décider. 

Des critères plus nombreux qu’on ne le pense 

L’implantation s’avère un des aspects essentiels à prendre en considération lors de la création d’entreprise ou lors de son développement. Des critères de base se dégagent comme le lieu d’implantation, la superficie, le prix... D’autres éléments restent à prendre en compte : l’image que vous souhaitez dégager, l’environnement (sécurité, accessibilité, commerce de proximité…) ou encore vos perspectives de développement. Quel que soit le secteur d’activité dans lequel vous exercez, le choix de vos locaux professionnels induit des changements en termes d’organisation et d’infrastructure. Cette décision impacte vos salariés, vos recrutements, vos méthodes de travail (production, livraison, installation et suivi clientèle) et même votre relation avec vos clients.

Les bureaux temporaires et la domiciliation

Sans toutefois vous assurer d’avoir des bureaux, la domiciliation ou la location temporaire de bureaux constituent des solutions avant la location classique. La domiciliation consiste à posséder une adresse postale. Vos frais liés à la location s’en trouvent amoindris (à environ une centaine d’euros voire moins). Vous pouvez choisir une adresse que vous estimez sérieuse, professionnelle et même prestigieuse, conférant à votre entreprise une certaine légitimité. Pour ce qui est de la location temporaire de bureaux, elle permet d’obtenir une flexibilité quant à la durée du contrat, des équipements à disposition dans des espaces de travail et, généralement, des accès à Internet. Plus chère que la location longue durée, elle s’avère adaptée si votre besoin est périodique. 

Les pépinières et incubateurs 

Un incubateur est destiné aux porteurs de projet. Il les aide à concrétiser leur projet et intervient très souvent avant la création d’entreprise. La durée « d’incubation » est souvent très courte puisque varie entre 2 et 6 mois. à la fin de cette période, vous devrez vous mettre en quête de locaux. La pépinière se définit, quant à elle, comme une structure qui accueille, héberge et accompagne des entreprises. Elle permet de bénéficier d’un ensemble de services tels que des bureaux, des conseils spécialisés, des moyens logistiques, un secrétariat, etc. Elle possède des tarifs attractifs (souvent inférieurs au prix du marché). La présence est en général limitée à quatre ans et n’exige ni préavis ni caution. L’entrée en pépinière ou en incubateur fait l’objet d’une sélection à l’entrée et certains critères d’activité sont parfois exigés. 

Le coworking

Le coworking permet de n’avoir à avancer ni caution, ni, comme c’est souvent le cas, plusieurs mois de loyers. Dépenser de l’argent s’avère quasi impossible pour les entreprises en création. Des bilans ne sont pas nécessaires pour y avoir accès. Le coworking s’adapte bien aux jeunes entreprises qui débutent et peut devenir un véritable outil de (re)motivation pour vous et vos équipes : vous évoluez avec d’autres entrepreneurs dans un espace collaboratif. La plupart de ceux-ci est dotée de nombreux équipements (bureaux, salle de réunions, cuisine, espace détente,…) et la connexion Internet est fournie. L’avantage majeur réside dans la flexibilité de la durée de location (journalière ou mensuelle) et dans l’attractivité des tarifs. Vous ne serez pas engagé dans la durée et pourrez facilement quitter l’espace de coworking en cas de difficulté de trésorerie. La cohabitation avec d’autres sociétés peut être appréciée (motivation, possibilité de faire des partenariats, échange possible avec d’autres entrepreneurs) comme détestée par ceux qui aiment s’isoler.

La location

Si vous décidez de louer des locaux, vous devrez, certes, payer votre loyer et les charges, mais ce n’est pas tout. Il arrive parfois que des locaux nécessitent une rénovation. Il ne faut pas oublier de prendre en considération la caution, élément non négligeable de votre bail commercial, les mois de loyers en avance généralement demandés ainsi que l’acquisition nécessaire de matériel. La détermination du statut juridique de votre entreprise, le résultat net comptable du dernier exercice, le chiffre d’affaires des exercices précédents, ainsi que le dernier résultat d’exploitation sont des composantes qu’il est nécessaire de prendre en compte car elles pourront vous être demandées par votre bailleur. Il existe plusieurs types de bail. Selon le Code du commerce, le bail commercial aussi appelé bail 3, 6, 9 (ans) permet de louer des locaux profesionnels. On note également le bail précaire ou bail commercial dérogatoire. Engageant le locataire sur une courte de durée, ils présentent des avantages en termes de flexibilité mais sont difficiles à trouver et peu sécurisants pour le locataire.

Achat ou location ?

Avant toute décision d’achat, sachez qu’il est assez rare d’acheter lors de la création, la trésorerie étant en général assez faible. Dans le cas du développement, le coût de l’investissement et les questions fiscales doivent être analysés. Vous devez déterminer la capacité de votre entreprise à rembourser un prêt. Une méthode simple, afin d’évaluer celle-ci, consiste à réaliser une simulation de crédit immobilier par le biais d’Internet. Après avoir déterminé le montant de l’apport initial, estimez les contraintes et aménagements techniques nécessaires au démarrage de votre activité, le poids des travaux ainsi que le coût de la nouvelle implantation. La durée du prêt varie selon les taux imposés et les mensualités souhaitées. Votre demande est soumise à l’organisme qui peut l’accepter ou non. N’hésitez pas à mettre en concurrence plusieurs banques si vous êtes dans ce cas.

Donnez une note à cet article