Le cloud pour les (pas tout à fait) nuls

Eric Beltrando     03/10/13    
Cloud ok

Ça y est, vous vous lancez ! Vous avez décidé de créer un service de données associé à votre business. Parce qu'il n'existait pas ou encore parce que ceux existants ne sont pas performants. Alors, vous pensez à le faire louer, et le mettre en mode SAAS (Software As A Service). Placé en extranet ou internet, cette nouvelle architecture disponible sur le web et sur smartphones, est l’une des facettes les plus utilisées du cloud. Le point sur ce phénomène, qui a envahi les PME en à peine cinq ans.

Il était temps, on n'en pouvait plus d'avoir à installer sans cesse de nouveaux serveurs pour les nouvelles applications, à se creuser la tête pour augmenter leur capacité quand le succès était au rendez-vous, avec leurs problèmes d'installation électrique, de dimensionnement, de climatisation (quand on avait la possibilité d'en installer une), de contrôle d'accès physique, de backup de données… Et ensuite la vérification de ces backups, les problèmes de sécurité, les maintenances adaptatives, les patchs à installer… À cela s’ajoutait le stress associé à la responsabilité de faire fonctionner tous ces services, parfois en 24/24.

Cette époque est révolue. Aujourd’hui, on est passé à Dropbox, Google Drive ou Skydrive. Les smartphones ont leur carnet d'adresses, leur agenda et leur messagerie sécurisés sur les clouds de Samsung et Apple, les stores de ces constructeurs ont des centaines de milliers d’applications disponibles pour tous sur leur cloud, et même les imprimantes sont maintenant reliées au cloud de HP et d'Espon, permettant d'y lancer des travaux sans être connecté au réseau interne de l'entreprise. Ils sont partout, ces logiciels collaboratifs d’entreprise ! Développer et distribuer des services en se concentrant sur l'ergonomie, le métier, le fonctionnel est un jeu d’enfant, et en oubliant presque les problèmes d'infrastructure, de dimensionnement, et de sécurité. Presque.

Une installation pas toujours facile

Les éditeurs de progiciels de services ont presque tous désormais une offre SAAS qui permet en quelques minutes ou quelques heures de mettre en place une solution logicielle sécurisée pour son entreprise. Il ne se passe désormais pas une semaine sans que la presse économique ne nous informe d'un nouveau service révolutionnaire pour le grand public, systématiquement associé à un traitement et un stockage de données sur un cloud, et la plupart du temps accessible en mobilité.

Avant de se lancer dans un de ces systèmes de diffusion de l’information, beaucoup de questions peuvent se poser.
Où l'installer : en interne ? Sur un cloud ? Si oui lequel ? Faut-il la concevoir dès le début pour un cloud spécifique ? Entrons dans le détail. Face à l'offre foisonnante, chaque projet doit être étudié et comparé aux solutions disponibles. Grossièrement, presque de manière caricaturale, quatre offres se placent d’office en poids lourds du domaine. Explication :

1. Google Apps et le Google Apps Engine. Le plus grand écosystème applicatif, permettant d'intégrer dans son application tous les services de Gmail, de YouTube, le paiement en ligne, google maps, les services de e-commerce et de marketing, ceux d'Android, les services d’authentification sécurisée, et même ceux de la google TV, plus tous les services d'infrastructure habituels du cloud en terme de stockage, de base de données… j'en passe et des meilleures… Un environnement extrêmement riche et très évolutif. Mais si vous commencez avec, vous resterez dépendant de Google (comme la majorité de la planète, finalement).

2. Microsoft Azure. Parfait pour héberger ses applications développées en ms.net, et une intégration remarquable avec cette plateforme, si on accepte d'en payer le prix (surtout si vous avez des services consommateurs de bande passante).

3. Les clouds d'OVH. Le plus grand hébergeur français a développé une excellente offre basée sur la virtualisation avec VmWare, avec un niveau de sécurité étonnant, et, surtout, très important pour le développement, un pilotage possible grâce à des API couvrant la quasi-totalité des domaines techniques. Un support réactif et en français est toujours disponible. Et les données sont hébergées en France, sur des hosts/serveurs que vous contrôlez… La NSA n'y accèdera pas facilement ! Nous y avons déployé entre autres un "apple private store" pour qu'un de nos clients puisse déployer son application iPhone/iPod sans passer par l’Appstore d’ Apple.

4. AWS, le cloud d'Amazon. Sans contestation possible le leader en offre IAAS (Infrastructure As A Service). Une offre qui donne le tournis tant ses possibilités sont étendues. Plusieurs technologies de stockage à plus ou moins grande "profondeur", plusieurs systèmes de gestion des bases de données à réactivité et sécurité adaptée à l'usage souhaité, système de gestion de message système en queue intégré, gestion de workflow spécialisé dans les composants d'infrastructure…

Des solutions au cas par cas

Si votre solution a été développée sur une plateforme Windows/SQL Server/ms.net, Azure est la solution la plus naturelle, la plus simple, et la plus rapide à mettre en œuvre (mais pas la moins chère). L'idéal en tout cas pour démarrer rapidement.

Si pour vous le fait de rester indépendant de votre fournisseur d'infrastructure est un critère essentiel, et si vous souhaitez que votre code source ne soit pas impacté par cette infrastructure, vous avez deux solutions leaders: OVH et AWS. OVH est plus accessible aux ingénieurs (car plus simple), et les données sont à 100% sous votre contrôle en France. AWS par contre vous offre une richesse inégalée de service qui permet d'envisager des systèmes extrêmement importants et complexes, par contre il vaut mieux se faire accompagner au moins quelques heures par un consultant maitrisant cet environnement. Dans ces trois premiers cas, vous gardez la possibilité d'installer votre application sur un serveur chez vos clients, ce qui dans certains métiers peut être tout simplement obligatoire…

Enfin, si vous ne craignez pas d'être engagé avec Google, et d'y stocker vos données (un peu plus ou un peu moins…) alors vous bénéficierez non seulement de toute la fiabilité et la sécurité du plus important cloud qui soit, mais vous pourrez appuyer votre développement sur tout un ensemble de services, qui vous éviteront de réinventer la roue, et vous ferons gagner du temps, de l'argent, et de la tranquillité, car au moins cette partie-là ne contiendra pas de bugs à corriger.

Voici une vision forcément un peu partiale et partielle, car issue d'un nombre limité d'expériences, mais j'espère qu'elle aura pu éclairer quelques-uns d'entre vous.