Comment choisir une franchise ?

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     28/04/18    
choisir franchise

Selon l’observatoire de la franchise, chaque année, environ 300.000 entreprises sont créées, dont 200.000 créations pures, 40.000 reprises et 50.000 réactivations. Avec la franchise, 90 % des entreprises encore en activité après 5 ans ! Cependant, devenir franchisé représente un investissement financier et personnel et exige de prendre toutes les précautions liées à la création d’entreprise.

Quel est le profil des franchisés ?

Le groupe Banque Populaire et la Fédération française de la franchise ont réalisé comme chaque année, en 2016, 402 entretiens téléphoniques auprès des franchisés et 202 entretiens téléphoniques auprès de dirigeants de réseaux de franchise (sur 1834 actifs en France en 2015). Les principaux constats sont que :

  • 66% des franchisés sont des hommes
  • Age moyen du franchisé : 47 ans et 36 ans à l'ouverture du premier point de vente
  • 57% des franchisés ont un BAC+2 et plus
  • 74% des franchisés sont d’anciens salariés
  • Chaque franchisé emploie en moyenne 7,3 salariés (en équivalent temps plein)
  • 35% des réseaux ont des points de vente à l’étranger
  • 67% des franchisés s'impliquent dans leur vie locale (association, mécénat, sponsoring, etc.)

Pourquoi choisir de devenir franchisé ?

Devenir franchisé peut constituer une bonne première expérience de création d'entreprise car on bénéficie d'une formation et les risques sont limités. Cela représente un excellent moyen de se lancer dans l'entrepreneuriat. Le franchiseur apporte au franchisé sa marque, soit de la notoriété, un appui marketing, une clientèle, un savoir-faire. Le développement de la franchise est facilité par cet appui. Beaucoup de franchisés, après avoir investi dans un premier point de vente, se lancent dans la création ou reprise de franchises de la même enseigne ou bien d'un tout autre secteur et deviennent ainsi « multi-franchisés ».

Comment choisir sa franchise ?

Le choix de l'enseigne se fait à travers plusieurs critères : la rentabilité, l'investissement initial à apporter, le secteur d'activité, la pérennité de l'enseigne, le potentiel de développement de la marque, la région dans laquelle l'enseigne souhaite se développer, la taille du réseau, le type d’accompagnement à chaque profil de franchisé potentiel correspond une enseigne.
Comment choisir le secteur dans lequel on va investir ?
Il faut savoir qu'un franchisé n'a pas toujours besoin d'être spécialiste du secteur du franchiseur pour se lancer dans la création d'un point de vente. Par exemple, l'enseigne de fleuristes Monceau Fleur insiste beaucoup dans sa communication sur le fait qu'il n'y a pas besoin de bien connaître le monde de l'horticulture pour devenir franchisé. Ils cherchent avant tout un entrepreneur, quelqu'un qui soit capable d'investir, de gérer sa franchise ou de manager son personnel. Les franchiseurs recherchent avant tout des personnes qui savent porter un business. Bien sûr, les candidats à la franchise peuvent s'orienter vers un secteur d'activité qui leur plaît. Une autre clé d'entrée pour trouver le franchiseur qui correspond à ses envies se trouve dans les grandes thématiques d'enseignes : entreprendre au féminin, entreprendre dans le bio, entreprendre dans un jeune réseau. Par exemple, dans le domaine du bio, on trouve des enseignes de l'alimentation, du prêt-à-porter, de l'habitat, de la beauté ou encore des services.

L'autre critère de choix important est le droit d'entrée ?

La première question que le futur franchisé doit se poser est « combien je peux investir ? ». La somme que le candidat peut apporter est le premier critère filtrant pour le choix d'une enseigne. Certaines franchises peuvent être accessibles pour moins de 10 000 euros, tandis que d'autres, comme dans le secteur de la restauration, requièrent un droit d'entrée de 500 000 euros, voire même de plus de 750 000 euros ! Le taux de rentabilité est souvent lié à cet apport de départ du franchisé.

Comment définir la rentabilité d'une enseigne ?

Les réseaux dont le droit d'entrée est élevé ont généralement un retour sur investissement important mais parfois à plus long terme. Les franchises accessibles pour une somme d'investissement initiale moins élevée, sur des activités de services par exemple où il n'y a pas de stocks à gérer, offrent une rentabilité plus faible, mais bénéficient beaucoup plus rapidement au franchisé. Le taux de rentabilité d'une franchise est également relatif au secteur. Dans le domaine des services, secteur qui connaît un développement considérable et qui n'est pas encore bien encadré, on ne peut pas encore bien définir le taux de retour sur investissement qu'il pourrait apporter au franchisé. Pour ce qui est de la restauration ou de l'hôtellerie, l'investissement de départ est colossal (locaux, stocks alimentaires, personnel) et prend parfois quelques années avant de devenir très rentables. La notion de rentabilité est également à mettre en rapport avec la pérennité de l'enseigne. Certaines marques jeunes sont très rentables donc séduisantes pour les candidats à la franchise mais il n'est pas avéré qu'elles soient pérennes.

Quels autres critères le candidat à la franchise doit-il analyser ?

Un des éléments à observer est le type d'accompagnement que propose le franchiseur. Certaines enseignes vendent un concept et laissent ensuite le franchisé se débrouiller seul, d'autres proposent un accompagnement complet et sur le long terme. Enfin, bien sûr, un des facteurs naturels du choix de l'Enseigne par le franchisé est la ville où le franchiseur souhaite s'implanter. Le choix se fait, dans ce cas, à travers un critère géographique plutôt que sectoriel.

Comment se porte le marché de la franchise en France ?

La particularité du marché français de la franchise est qu'il est très bien structuré et encadré juridiquement, depuis la loi Doubin. La loi n°89-1008 du 31 décembre 1989 relative au développement des entreprises commerciales et à l’amélioration de leur environnement économique, juridique et social stipule :
« Toute personne qui met à la disposition d’une autre personne un nom commercial, une marque ou une enseigne, en exigeant d’elle un engagement d’exclusivité ou de quasi-exclusivité pour l’exercice de son activité, est tenue préalablement à la signature de tout contrat conclu dans l’intérêt commun des deux parties, de fournir à l’autre partie un document donnant des informations sincères, qui lui permettent de s’engager en connaissance de cause. »
Cette loi aujourd’hui inscrite au Code de Commerce L330-3 impose aux entreprises qui développent un réseau (franchise, concession, commission affiliation et autres formes de partenariat) de fournir un « Document d’information Précontractuel » (DIP) contenant les informations suivantes concernant : l’entreprise (informations légales, bancaires, propriété de la marque...),la nature de ses activités, l’identité des dirigeants et leur parcours professionnel ainsi que toutes indications permettant d’apprécier l’expérience professionnelle acquise par l’exploitant ou par les dirigeants, l’état général et local du marché des produits ou services concernés et ses perspectives de développement, la liste de franchisés en activité ainsi que ceux ayant quitté le réseau depuis 12 mois.
Après la réception du DIP par le candidat à la franchise, la loi impose un délai de 20 jours à respecter avant la signature du contrat définitif.
Une fois le délai de 20 jours respecté, et avant la signature du contrat de franchise, le franchiseur peut demander au candidat le versement d’une somme d’argent, souvent dans le cadre d’un contrat de réservation de zone. Celui-ci devra préciser les prestations et les obligations réciproques des parties.
Cet encadrement du marché l'a rendu très attractif, car rassurant, et s'en est suivi un fort développement du monde de la franchise. En Europe, certains pays comme l'Italie ou la Belgique offrent de belles opportunités de développement pour le marché de la franchise qui y est peu développé. Beaucoup d'enseignes françaises, du fait de leur saturation sur le territoire national, vont tenter leur chance à l'étranger.

Sources : www.franchise-fff.com et www.observatoiredelafranchise.fr. 

Donnez une note à cet article