Les certifications : une démarche de progrès pour se différencier

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     26/01/14    
Les certifications : une demarche de progres pour se differencier

Avec plus de 3 millions d’entreprises en France, intervenant sur un marché tendu en raison de la crise économique, les questions de différenciation sont au plus près des préoccupations des chefs d’entreprises pour conserver leurs clients et en gagner de nouveaux. Outre votre offre produit, de ses caractéristiques à son prix, vous pouvez vous démarquer de vos concurrents en optant pour une certification. Qu’existe-t-il en la matière ? Laquelle choisir ? Eléments de réponse.

Définition    

Une certification est une démarche volontaire de l’entreprise (hors certifications obligatoires liées à l’exercice de certaines activités professionnelles) par laquelle celle-ci se fait auditer, sur la base d’un référentiel, par un organisme extérieur indépendant (Afnor par exemple) en vue de se voir délivrer une attestation officielle de conformité. Les certifications font l’objet d’une accréditation par le Cofrac (Comité français d’accréditation).

Il existe des certifications dans plusieurs domaines mais répondant toutes à un objectif principal de reconnaissance de qualité auprès des clients, en termes de :

  • Produits, services ou processus : il s’agit par exemple de label rouge, NF, Qualicert ;
  • Systèmes de management : il s’agit par exemple de la norme ISO 9000 concernant la qualité, de l’ISO 14000 axée vers l’environnement, ou encore de l’ISO 26000 orientée vers le développement durable.

En contrepartie du respect des exigences prévues dans chaque référentiel, l’entreprise peut communiquer sur la certification qu’elle a obtenue, notamment en apposant le logo relatif à cette dernière sur ses packagings ou son papier de correspondance par exemple.

Comment choisir sa certification d’entreprise

Décider de se lancer dans une démarche de certification d’entreprise, même si elle permet de se différencier de ses concurrents et de gagner en compétitivité, est une décision que l’entrepreneur ne doit pas prendre à la légère. Il convient de prendre compte plusieurs critères, dont l’âge et la taille de l’entreprise, les objectifs attendus, les coûts et les moyens humains disponibles.

En effet, les certifications de services par exemple sont particulièrement adaptées aux entreprises de moins de 50 salariés et peuvent les aider à mieux s’organiser et se structurer, grâce à la mise en place de procédures internes et de documents types. Les normes ISO quant à elles sont plus destinées aux entreprises ayant déjà plusieurs années d’existence.

Concernant les coûts, il faut en tenir compte dans le chiffrage : la certification en elle-même pour l’obtention du certificat et les audits de surveillance de la démarche, mais également les frais éventuels liés à un accompagnement extérieur ou à la formation des collaborateurs qui pourraient s’avérer nécessaires pour se lancer dans le dispositif.

Enfin, les moyens humains disponibles au sein de l’entreprise ne doivent pas être négligés car ces démarches prennent du temps dans leur mise en œuvre et leur suivi. Aussi, la notion d’information et d’adhésion des équipes au dispositif est importante car celui-ci, bien que cela arrive souvent, ne doit pas être vécu comme une lourdeur ou un outil de contrôle de leurs missions.

Les autres démarches

Vous hésitez encore à vous lancer dans une démarche de certification ? Voici quelques autres pistes qui devraient néanmoins vous permettre de vous distinguer, même si elles n’ont pas forcément de reconnaissance officielle.

Vous pouvez vous engager dans une charte de qualité ou dans une marque, celles-ci étant généralement proposées par des organisations professionnelles à leurs adhérents, pour des coûts moindres que les certifications.

Aussi, vous pouvez opter pour les qualifications. Même si celles-ci ne s’inscrivent pas du tout dans la même démarche puisqu’elles concernent uniquement les marchés publics et attestent des capacités notamment financières de l’entreprise, elles n’en sont pas moins connues de la clientèle des particuliers. Pour faire appel à un professionnel du bâtiment par exemple, ces derniers ont en effet tendance à regarder du côté des qualifications pour s’assurer de certaines garanties.