Comment calculer l'amortissement

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     02/02/18    
calculer amortissement

L'amortissement est une notion comptable. Il permet de prendre en compte qu’un objet perd de la valeur sur le temps (à cause par exemple de son usure ou de son immobilisation). L’amortissement permet une déduction du bénéfice imposable car il faudra prendre en compte le remplacement.

Pour qu’un bien soit amortissable, il doit répondre à des conditions.

Les trois conditions

Trois conditions sont nécessaires pour qu’un bien soit considérer comme amortissable :
• Qu’il puisse se déprécier par l’usure ou le temps
• Qu’il soit durable dans l’entreprise (qu’il s’agisse d’une immobilisation corporelle ou incorporelle)
• Qu’ils soient bien inscrits à l’actif du bilan

Quels sont Les éléments amortissables ?

• Immobilisations incorporelles : frais d'établissement (sur 5 ans), frais de recherche (sur 5 ans) et brevets, licences (sur 5 ans)
• Immobilisations corporelles : constructions (20 à 50 ans), agencements ou aménagements (10 à 20 ans), installations techniques (5 à 10 ans), matériel de transport (4 à 5 ans), matériel de bureau ou mobilier (5 à 10 ans), micro-ordinateurs (3 ans)

Quels sont les éléments non amortissables ?

• Immobilisations incorporelles : le fonds de commerce, le droit au bail, les marques
• Immobilisations corporelles : les terrains et les œuvres

La durée ou taux d'amortissement

La durée normale dépend de l’utilisation du bien. Le bien peut être amorti plus rapidement si des conditions particulières d’exploitation sont présentes ou de manière exceptionnelle.
Le taux est normalement calculé à partir de la valeur d'acquisition brute du bien (ou d'apport).

Les  deux méthodes d'amortissement

• L'amortissement linéaire

Ce mode d'amortissement est obligatoire pour certains biens :
- les biens dont la durée d'utilisation normale est inférieure à trois ans.
- les biens d'occasion
- les biens non admis au bénéfice de l'amortissement dégressif
Il peut aussi s'appliquer à tous les autres biens

Cette méthode est relativement simple, puisqu’il s’agit de se dire que le bien se déprécie de manière constante. Le montant de l’amortissement est donc basé sur le nombre d’année.
Ainsi si un bien coute 20 000 euros et que le bien est amorti sur 5 ans, l’amortissement sera de 4 000 euros (20 000 / 5) par an
Attention : si le bien est acquis en cours d’année il faudra déduire la fraction consommée de l’année sur le premier amortissement

• L'amortissement dégressif

Ce type d’amortissement est réservé à certains biens :
- Les biens neufs
- Les biens d’au moins trois ans

- Appartenant à l’une des catégories définies au code général des impôts.
Ce système consiste à considérer que la dépréciation du bien est plus forte dans les premières années. Les amortissements seront donc plus importants les premières années.
Il s’agit d’appliquer un coefficient qui varie suivant la durée normale d’utilisation :
- Si la durée normale d'utilisation est égale à 3 ou 4 ans : 1,25
- Si la durée normale d'utilisation est égale à 5 ou 6 ans : 1,75
- Si la durée normale d'utilisation est supérieure à 6 ans : 2,25
Prenons un exemple pour expliquer la méthode de calcul : un bien qui coute 10 000 euros et d’une durée normale est toujours de 5 ans
Le taux d’amortissement linéaire est de 10 000 / 5 = 2 000 soit 2 000 / 10 000 = 20%
Le taux d’amortissement dégressif sera alors : 20 X 1,75 = 35%
La première année si le bien est acquis au 1er janvier alors l’annuité sera de 3 500 €
Les années suivantes : l’amortissement se calcule sur la valeur résiduelle soit dans par exemple pour la deuxième année : 10 000 – 3 500 = 6 500 €
L’annuité sera donc égale à 6 500 X 35% = 2 275 €
En résumant, le taux obtenu, dit « taux constant » (ici 35%) s'applique :
- la première année sur la valeur d'origine du bien
- les années suivantes sur la valeur résiduelle (restante) du bien.
Enfin, si l'annuité dégressive d'amortissement < la valeur résiduelle / le nombre d'années restante, alors l'entreprise peut faire état d'un amortissement égal à ces dernières annuités.
L’amortissement joue donc un rôle capital dans le plan comptable de l’entreprise.

Donnez une note à cet article

Nos vidéos

À propos de l'auteur

Dynamique Entrepreneuriale
L'équipe Dynamique Entrepreneuriale

Dynamique Entrepreneuriale

Nos articles similaires