Les bonnes raisons de ne pas lever des fonds !

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     01/10/18    
bonnes raisons ne pas lever fonds

Lever des fonds apparaît souvent dans les différents médias comme le symbole de la réussite d’une start-up. Votre entreprise a atteint un cap de développement et vous souhaitez ouvrir de nouveaux horizons. Pourtant, vous commencez à entendre que lever des fonds pourraient ne pas se révéler l’eldorado promis. En voici quelques exemples.

Vous allez perdre en contrôle et liberté

Lever des fonds implique, la plupart du temps, de céder des parts de son entreprise en contrepartie. Vous annoncez votre vision à ceux qui investissent et que vous essaierez de respecter au maximum. Dans la majorité des cas, vos choix seront influencés par votre volonté de respecter vos engagements dans les meilleures conditions pour ceux qui ont cru en vous. Vous pourrez prendre des décisions qui valoriseront votre rentabilité au détriment de la performance future de l’entreprise. Pire, vous pouvez perdre le contrôle de l’entreprise en devenant minoritaire ou en ayant des clauses qui vous bloqueront sur certaines décisions. Vous pourriez même parfois vous voir éjecter de votre chaise de président / gérant. Bien entendu, vos possibilités de développer plus rapidement votre entreprise ou de vous imposer comme le leader d’un marché peut vous séduire mais doit-elle se faire au détriment de votre liberté ?

Vous allez devoir rendre des comptes

Avoir des actionnaires implique nécessairement de devoir rendre des comptes. Déjà, vous êtes tenu à un devoir d’information et votre assemblée générale vous obligera à rendre des comptes autant sur le passé que sur votre stratégie à venir. Si vous restez libre de vos choix, vous devez les expliquer et mettre en place de nombreux outils. Ces outils peuvent bien entendu vous aider dans votre gestion mais peuvent également s’avérer coûteux en temps/ressources/argent pour les tenir à jour et en rendre compte. Il n’est pas toujours agréable de rendre des comptes surtout quand vous avez pris des décisions qui n’ont pas donné le résultat escompté car vous prenez des risques comme tous les entrepreneurs.

Le formalisme va augmenter

Il reste facile de se mettre d’accord quand on est tout seul ou peu nombreux. La plupart des entreprises étant très flexibles quand vous êtes à l’unanimité … avec vous-même. Prenons un exemple : vous souhaitez convoquer une assemblée générale à la dernière minute mais vous devez prévenir vos actionnaires deux semaines à l’avance sauf si l’ensemble des actionnaires est présent. Plus facile à faire à deux ou trois qu’à 25. Le formalisme augmente : les pactes d’actionnaires et statuts peuvent changer lors de la réalisation d’une levée de fonds. Faites donc bien attention aux clauses qui peuvent renforcer de manière trop importante le formalisme.

Vous pouvez perdre la maîtrise de votre croissance.

Une levée de fonds notamment en série B s’avère souvent signe de croissance rapide. Qui dit croissance rapide dit également augmentation des dépenses. Vous ne levez d’ailleurs pas de l’argent car vous pouvez autofinancer les dépenses, mais bien parce qu’en général, votre capacité à gérer cette augmentation de la production peut nuire à vos finances. Si les acquisitions peuvent être rapidement calculées, que ferez-vous si ce que vous attendez d’elles ne se réalisent pas. Vous choisissez de recruter rapidement mais que ferez-vous si les chiffres ne sont pas atteints. Les exemples d’entreprise ayant levé de l’argent puis s’étant retrouvé en liquidation judiciaire sont légion. Il faut savoir parfois prendre son temps pour grandir et ne pas sauter trop d’étapes.

L’argent nuit parfois aux bonnes décisions

Il s’agit d’un cas que nous souhaitions particulièrement aborder dans cet article car il s’agit d’un cas fréquent pour les start-ups. Beaucoup d’entre elles lèvent tôt, très tôt, trop tôt sans avoir vraiment testé les différentes possibilités. Le business model commence à fonctionner mais l’ensemble de l’activité n’est pas encore maitrisée et les zones d’investissement restent floues. La vision peut se révéler encore jeune et des « tests », qui peuvent s’avérer concluants à petites échelles, peuvent rencontrer des obstacles à plus grande échelle. Une fois la levée de fonds effectuée, l’ensemble des possibilités s’offrant aux créateurs, ils auront tendance à investir massivement sur ce qui pourrait bien être avec le recul une mauvaise pratique. D’autre part, il ne faut pas négliger que le fait d’avoir massivement de l’argent et d’un seul coup peut nuire à votre jugement sur une dépense. Si on est très exigeant quand on n’a peu d’argent à disposition, il est fréquent que le dirigeant devienne plus dispendieux quand il en a beaucoup et qu’il a été bloqué pendant plusieurs mois pour faire des investissements. De nombreux dirigeants qui ont réalisé une levée de fonds parlent de cette situation et regrettent une dépense inutile liée au fait qu’ils ne connaissaient pas assez leur secteur d’activité ou la performance d’un outil qu’ils n’ont pas encore pu tester.

Vous pouvez éveiller la concurrence

Votre réussite peut ne pas plaire à tout le monde. Certains peuvent entendre parler de vous et tenter un « copycat » de votre entreprise. Certaines entreprises se sont d’ailleurs spécialisées sur la copie de concept qui marche. Ils peuvent ainsi dupliquer votre modèle dans votre pays mais aussi à l’étranger et freiner votre croissance lorsque vous vous lancez à l’international en étant bien mieux implanté que vous.  Votre concurrence directe peut également réaliser que vous serez un compétiteur auquel elle devra faire face et décider de prendre les contre-mesures pour éviter que votre offre ne s’impose aux yeux des consommateurs.

Si les bonnes raisons s’avèrent nombreuses de lever des fonds, n’oubliez pas de vous poser les bonnes questions avant de la réaliser. Vous pourriez bien regretter de l’avoir fait.

Donnez une note à cet article