Biopharma : Quantum Genomics lève 8,2 millions d’euros

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     26/07/17    
biopharma quantum genomics leve millions euros

La société biopharmaceutique vient de réaliser une augmentation de capital en levant 8,2 millions d’euros suite à un placement privé. Spécialisée dans la recherche de nouveaux traitements pour les maladies cardiovasculaires, la firme devrait ainsi pouvoir assurer le financement d’une nouvelle étude clinique.

Quantum Genomics et la recherche sur les maladies cardiovasculaires

Cette entreprise, qui s’inscrit dans le domaine biopharmaceutique, voit le jour sous l’impulsion de Lionel Ségard, un homme d’affaires expert dans le domaine de la santé. Ancien directeur d’Inserm-Transfert, branche de l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale, il se trouve également à l’origine du fonds d’amorçage en sciences du vivant Inserm Transfert Initiative en 2005. Le businessman fonde Quantum Genomics dans la foulée. L’objectif de cette entreprise parisienne consiste à mettre au point de nouvelles thérapies dans le traitement des maladies cardiovasculaires. Ses recherches se concentrent notamment sur l'hypertension artérielle et l'insuffisance cardiaque. La firme se base, pour cela, sur une nouvelle approche thérapeutique partant de l'inhibition de l'Aminopeptidase A au niveau cérébral (BAPAI - Brain Aminopeptidase A Inhibition). Résultat de vingt années de recherche au sein des laboratoires du Collège de France, du CNRS, de l’INSERM et de l’Université Paris Descartes.

8,2 millions d’euros levés par placement privé

Quantum Genomics vient de renforcer son capital à hauteur de 8,2 millions d’euros à travers la création de plus de 2,19 millions d’actions, à bons de souscription d’actions (ABSA), d’une valeur unitaire de 3,75 euros. « Nous remercions les investisseurs internationaux spécialisés qui ont participé à cette levée de fonds pour leur confiance » a précisé Lionel Ségard, avant d’ajouter : « Avec ce financement, nous allons pouvoir lancer un essai clinique de phase II de plus large ampleur sur une population beaucoup plus ciblée d’hypertendus sévères, voire résistants, dès l’automne aux Etats-Unis. »

Une nouvelle étude clinique à venir

La firme devrait donc utiliser ces fonds pour financer une étude clinique de phase II, comme l’explique le PDG de l’entreprise : « Les résultats de l’étude de phase IIa sur notre candidat-médicament QGC001 présentés mi-juin ont parfaitement répondu à nos attentes, confirmant son effet antihypertenseur sur l’homme et son efficacité croissante en fonction de la gravité de l’hypertension. » Le projet, nommé NEW-HOPE, pour Novel Evaluation With QGC001 in Hypertensive Overweight Patients of multiple Ethnic origins, comprend des tests effectués sur 250 patients hypertendus à plus haut risque cardiovasculaire. Lionel Ségard semble optimiste quant à l’issue de cette nouvelle étape à franchir : « A l’issue de cette seconde étude clinique, QGC001 sera susceptible de passer directement en phase III, ce qui est parfaitement en ligne avec le plan de développement annoncé par la société. »

Donnez une note à cet article