Assurez-vous contre le dégât des eaux !

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     01/03/11    

Le dégât des Eaux (DDE) est l’un des sinistres les plus courants, les plus anodins qui touchent régulièrement nos locaux professionnels. Il est même relativement récurrent lorsque votre commerce est situé en rez-de-chaussée, que vos bureaux occupent le dernier étage de l’immeuble ou que votre voisin du dessus, dispose d’une superbe terrasse. Tous les assureurs vous le diront, ces situations sont des  zones à risques.

Pour le DDE, les causes sont toujours les mêmes. Tout d’abord la faute qui incombe à un tiers, le voisin qui a laissé couler un robinet près de la machine à café ou un joint défectueux d’alimentation qui a lâché. La maladresse ou l’inattention peuvent aussi venir de chez vous : une porte fenêtre laissée ouverte pour aérer qui fait pénétrer l’eau ruisselante, une chasse d’eau des toilettes de l’étage détraquée, un réfrigérateur de bureau dont on a oublié de fermer la porte et dont la glace fondue se répand sur l’ordinateur portable posé à proximité par exemple. Ensuite, les catastrophes naturelles, les tempêtes, la neige dont l’eau s’infiltre par la toiture ou par les façades ou un événement exceptionnel, tel que la rupture d’une canalisation municipale des eaux usées.

Alors quand cela arrive vous êtes bien embêté pour vos meubles, vos outils informatiques, votre stock, votre vitrine, vos archives. Et pas tellement par la crainte de ne pas être assuré. Si vous avez payé votre prime d’assurance, aucun souci à vous faire : tous les contrats d’assurance multirisques professionnels comportent une garantie DDE. Vous pouvez la retrouver dans les conditions particulières (le contrat) que vous a remis votre assureur ainsi que dans les dispositions générales un livret afférent au contrat que vous n’avez jamais regardé. Mais ne vous inquiétez pas plus que de raison, les assureurs couvrent la plupart du temps les « dommages matériels au bâtiment ainsi qu’aux matériels, marchandises… ».

La seule angoisse est l’étendue et le montant des garanties couvertes. C’est la question primordiale. Et c’est là que vous allez pouvoir commencer à éponger… votre front ! Les montants d’indemnisations prévus au contrat seront-ils suffisants pour payer le remplacement des biens endommagés, permettre la réfection du plafond, des murs et régler les frais financiers de crédit-bail ou de relogement ? En effet, depuis la souscription de votre contrat, votre entreprise a grandi, vous avez embauché, votre équipement s’est étoffé, mais votre contrat n’a pas réellement bougé.

Alors sortez votre contrat et comparez le montant de garanties aux sommes qu’il faudrait investir pour remplacer vos biens si vous étiez, demain, victime d’un DDE. Demandez à votre assureur de faire un point actualisé sur votre contrat. Et si les conditions vous semblent prohibitives, faites jouer la concurrence. Et n’oubliez-pas qu’en cas de sinistre DDE, si vous êtes responsable, vous pouvez déduire une franchise, que certaines des garanties sont « plafonnées » en « nombre de fois l’indice » et que l’on remboursera des factures toujours hors taxes, si vous êtes un professionnel.