Apprenez à foncer… sans aller dans le mur !

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     29/07/16    
apprenez a foncer sans aller dans le mur

Votre start-up s’envole, votre travail porte enfin ses fruits et vous connaissez maintenant une croissance démesurée ? C’est un très bon signe, mais, comme en temps de crise, il faut s’adapter pour ne pas foncer droit dans le mur. La réussite demande encore du travail, ce n’est pas fini !

Le chiffre d’affaires de l’entreprise explose et les carnets de commandes sont pleins. Ces bonnes nouvelles, synonymes de croissance rapide, évoquent cependant une réalité à double tranchant. Beaucoup d’entreprises ont ainsi mis la clé sous la porte à cause de la mauvaise gestion d’une croissance rapide. Gérer une croissance express ne s’improvise pas et demande de mettre en place une véritable stratégie de croissance. Gare à l’effet euphorisant des résultats positifs, veillez à ce que cette explosion ne soit pas ponctuelle ! Le maître-mot : anticiper ! Le chef d’entreprise doit déjà commencer à définir sa stratégie de développement : sous le mode de l’assaut brutal, qui vous fera gagner la guerre en peu de temps, ou dans le style de l’attaque méthodique, plus longue mais comportant moins de risques. Pour une forte croissance express, la clé est souvent de passer par une importante levée de fonds. Cette entrée d’argent va permettre d’accélérer le rythme de la production, de se doter de nouveaux outils et de procéder à des recrutements pour accompagner la croissance. Le développement est alors souvent accompagné d’un bel effort de communication et marketing afin d’augmenter rapidement la notoriété de l’offre. La stratégie de croissance plus « raisonnable » consiste à prendre son temps, à financer l’entreprise le plus souvent en fonds propres, et à ne pas chercher à démultiplier les offres afin de ne pas amoindrir la qualité du produit ou du service.

Surveiller sa trésorerie

En pleine croissance, les commandes vont logiquement s’accumuler. Vous aurez besoin de fonds supplémentaires pour que votre trésorerie puisse ne pas tomber dans le rouge, pour pouvoir embaucher et pour ne pas être contraint à ralentir votre développement. La progression du chiffre d’affaires va automatiquement augmenter les besoins en fonds de roulement (BFR) de l’entreprise. Problème, malgré la multiplication des contrats, l’argent met parfois du temps à être versé à l’entreprise. En cause, le délai de paiement, souvent très peu favorable aux petites entreprises, et que les clients peuvent chercher à allonger bien au-delà des règlementations. N’hésitez pas à contacter votre conseiller bancaire qui pourra renflouer temporairement votre solde négatif grâce à plusieurs mécanismes tels que l’affacturage des créances clients, ou le rachat des factures par la banque. Pour ne pas épuiser votre trésorerie, financez vos achats de matériel via un prêt d’équipement dédié ou un financement locatif (location financière, crédit-bail). Autre solution, vous pouvez opter pour la réalisation d’une levée de fonds, auprès d’investisseurs privés ou avec un fonds d’investissement. Ne sous-estimez néanmoins pas le temps qu’elle peut vous prendre. L’argent peut mettre de longs mois à arriver enfin dans votre capital. Dans tous les cas, dans cette période complexe de croissance, se faire accompagner par un expert est plus que jamais crucial.

Renforcer ses équipes

Le chef d’entreprise ne peut plus, passé un certain seuil de croissance, tout faire. Il s’agit d’être réaliste devant la quantité de travail qui s’accroît et, donc, d’engager du personnel, puis de réussir à déléguer. Le travail du dirigeant est alors principalement de former une équipe solide et compétente. Mais un brusque essor peut fortement fragiliser l’entreprise en son sein : les choix de recrutement, dus à la nécessaire rapidité des embauches, ne sont pas toujours très pertinents. Pour gagner en efficacité, pensez à contacter un cabinet spécialisé qui vous fera gagner énormément de temps et présélectionnera pour vous les bons profils, ceux qui vous soutiendront dans ce contexte de croissance.

Ne pas vendre son âme !

C’est un des risques qu’apporte une forte croissance : perdre « l’âme » de la société. Les fondamentaux qui ont permis à votre société d’arriver jusqu’ici et de connaître cet essor doivent être la pierre angulaire qui soude tous les collaborateurs. Faites en sorte alors de consolider l’esprit d’équipe, notamment en faisant cohabiter les « anciens » et les « nouveaux » employés. Il faut aussi réussir à garder l’esprit start-up, c’est-à-dire être très agile, innovant et dynamique. Si, lorsque vous avez lancé votre entreprise, vous réussissiez à faire beaucoup avec peu, il faut continuer à vous démener de la même façon, même si vous disposez désormais de moyens supplémentaires. En somme, comportez-vous comme si rien n’était encore gagné.

Pérenniser la croissance

Après avoir réussi à maîtriser cet essor soudain, il faut immédiatement penser à la suite. Le travail d’un chef d’entreprise est d’envisager l’avenir et éviter que l’entreprise stagne après une forte croissance. Tout d’abord, continuez le travail commercial pour ne pas vous retrouver à court de clients lorsque « l’explosion » sera retombée. N’oubliez pas de poursuivre les actions de communication pour éviter de rester statique sur la scène médiatique. Songez également à multiplier les sources de revenus pour ne pas mettre « tous vos œufs dans le même panier ». Le gros challenge sera de réussir à faire tout cela sans vous disperser, et en consolidant toujours plus les fondations de votre entreprise. Veillez bien, par exemple, à vous protéger le plus possible au niveau juridique afin qu’aucune faille ne puisse fragiliser votre développement.

et après ?

Que reste-t-il à faire après ce boom de votre chiffre d’affaires ? Une des solutions les plus couramment choisies par les entrepreneurs est l’expansion au niveau national et/ou international. Une importante expansion passera quasi-systématiquement par une levée de fonds. Une autre option est de vendre l’entreprise… au bon moment. La croissance a mis votre société sur le devant de la scène, et promet de forts résultats pour les mois à venir : alors faut-il attendre un meilleur ratio pour vendre plus cher, ou ouvrir tout de suite la porte à un rachat par peur de perdre l’occasion ? Là encore, il s’agit d’anticiper et de calculer les marges de progressions et les difficultés à venir.

Donnez une note à cet article